Règles d'écriture des maths :
les bonnes pratiques

1. OMISSION DU SIGNE DE LA MULTIPLICATION

 

En ARITHMÉTIQUE, on ne peut pas omettre le signe de la multiplication ().
Par exemple, considérant l'écriture du produit de 5 par 4 (5 4), on ne peut pas
supprimer le signe .

 

Question

Pourquoi cette omission est-elle impossible ? A ton avis ?

 

Réponse

Parce que, tout simplement, on pourrait confondre ce produit avec le nombre 54.
Et là, c'est vraiment pas bon !

 

Par contre, en ALGÈBRE, on omet généralement le signe de la multiplication ().
Le signe de la multiplication est SOUS-ENTENDU :
on sait qu'il existe, mais on ne l'écrit pas.

 

Exemples

 

 Ci-dessus : le signe est omis entre le nombre 3 et la lettre ,
et entre le nombre 2 et le contenu de la parenthèse ().

 Cette façon d'omettre le signe de la multiplication permet d'alléger les écritures.
Après tout, cela fait à chaque fois un signe en moins à écrire et... à lire !

 

Question

Que va-t-il se passer maintenant si nous décidons d'écrire le produit
du nombre 2 par le nombre négatif –3 ? A ton avis ?

 

Réponse

 On pourrait bien obtenir une horreur telle que celle-ci :

 

 

 Ci-dessus : il est absolument interdit d'écrire deux signes côte à côte.
Le signe de la multiplication () suivi immédiatement du signe négatif (–)
est impossible. Certains l'ont tenté malgré tout, ils sont toujours en prison.

 

Question

Comment faire pour obtenir la bonne écriture ?

 

Réponse

Placer le nombre –3 entre parenthèses.
De cette façon, nous pouvons omettre le signe de la multiplication.
Notre écriture devient alors :

 

 Ce qui signifie, tu le sais maintenant : 2 multiplié par le contenu
de la parenthèse, c'est-à-dire –3. On est d'accord.

 

Et voici un TABLEAU D'EXEMPLES DE PRODUITS.
Colonne de droite, les écritures avec omission du signe de la multiplication :

 

 

Note bien

• Dans un produit de facteurs, théoriquement, on pourrait placer chaque facteur
entre parenthèses
. Rien ne l'interdit ! C'est ainsi que l'écriture :

• Equivaut à :

 

2. RÉDIGER UN DEVOIR : LES BONS CONSEILS

 

Faire court et soigner la présentation

Quand on rédige un devoir, pas la peine de raconter sa vie !
Fais des phrases aussi courtes que possibles, en allant à l'essentiel.
Pense à soigner ton écriture et efforce-toi d'écrire sans fautes.

 

 

C'est « nous »... et rien d'autre

Utilise le « nous » au lieu du « je » : on parle à la 1ere personne du pluriel
et non pas à la 1ere personne du singulier.

Écrire

Divisons chaque membre par 2. Nous obtenons : etc...

 

Ne pas écrire

Je divise chaque membre par 2. J'obtiens : etc...

 

 

Pas de calculs dans les parties texte

Aucun calcul ne doit figurer dans les lignes de texte.
Ils doivent figurer sur des lignes à part.

Ne pas écrire

Après avoir développé, nous obtenons 6 + 3 + 2 = 66, puis nous
réduisons dans le membre de gauche, ce qui donne : 11 = 66. Etc...

 

Écrire

Après avoir développé, nous obtenons :
6 + 3 + 2 = 66

Réduisons dans le membre de gauche, ce qui donne :
11 = 66

 

Ci-dessus : la bonne écriture impose de placer les calculs chacun sur une ligne
à part
, et non pas noyés dans le texte (prends l'habitude de passer à la ligne).

 

 

Encadrer les résultats

Il est très pratique, autant pour le professeur que pour toi, d'encadrer le résultat
final des calculs. De cette façon, les résultats ressortent beaucoup mieux.
Et par conséquent, on peut les retrouver plus facilement dans un devoir.

 

Exemples :

 

 

Expressions littérales : respecter l'ordre alphabétique

On se propose de calculer ceci :

 

Le résultat de ce sympathique calcul est :

 

On suit l'ordre alphabétique : le d'abord, puis les lettres et .

 

Ne pas écrire

 

Le résultat n'est pas faux, certes, mais l'écriture... aïe, aïe, aïe !

 

 

Alors là, c'est pas possible !

Voici un calcul littéral très simple et son résultat... plutôt bizarroïde !

 

 Ecrire 1 ne sert à rien ! Car en effet :

 

L'écriture correcte de ce résultat est :

 

 

Règle

On n'écrit jamais un résultat sous la forme : 1 x une valeur.

 

Pense à l'exemple suivant, une simple soustraction :

 

On écrit

 

On n'écrit pas !

 

Pas la peine de se prendre la tête et d'écrire des trucs inutiles comme ce 1 2,
crois-moi, on a assez de boulot comme ça !

 

 

Le symbole du pourcentage

Le symbole du pourcentage (%) n'est pas un symbole mathématique.
C'est un symbole commercial, comme on le voit souvent affiché dans les boutiques.
Par commodité, il figure aussi sur les calculettes.

 

Conséquence : ce symbole est interdit dans les calculs.
Il est autorisé dans le texte seulement.

 

 Si par exemple on doit calculer 20 % (ici texte : % autorisé) de 200, alors :

 

On écrit

 

On n'écrit pas

 

 

 

 

 

 

Retour sommet de page